Être une femme de 36 ans

Être une femme

Cela fait longtemps que je n’ai pas écrit un article “à l’ancienne” de réflexion et de partage d’expérience – comme je le faisais à l’époque de mon précédent blog Marshmalloword. Alors, aujourd’hui, je vais aborder le fait d’être une femme de 36 ans.

Et, c’est justement pour ça que j’ai commencé à réinvestir cet espace de blog sur Âme Fauve : pouvoir vous partager des moments du quotidien, plus lifestyle – en dehors de la sexualité.

Bien sûr que ce sujet est mon sujet de prédilection mais j’aime aussi voir cet espace comme état une fenêtre sur mon monde, ma sensibilité, ce qui me donne le sourire, m’amuse, me fait plaisir, etc.

Alors, pour fêter cette 36ème année, j’ai envie de vous faire une petite rétrospective de cette année et de ma vie de femme.

Bonne lecture et surtout : un bon anniversaire à moi-même !

sarah zerbib

Être une femme de 36 ans

C’est marrant mais quand est arrivé le 6 novembre, j’avais du mal à réaliser que c’était mon anniversaire. Même début novembre, je me demandais où le temps était passé, ce d’autant plus avec le contexte politico-social dans lequel nous sommes depuis les actes terroristes du 7 octobre 2023 qui ont eu lieu en Israël.

Depuis ce moment-là, je me sens comme flottante et j’ai du mal à me rejouir alors que je ressens de la peur, de l’inquiétude, de la colère, de la frustration…Alors, j’essaie. Je fais de mon mieux comme beaucoup.

Concernant ce chiffre, 36 ans, je n’avais jamais imaginé aussi loin. Petite, enfant ou même encore adolescente, je voyais assez bien jusqu’à mes 34 ans. D’ailleurs, je me disais que je n’aurais pas d’enfant avant cet âge-là. Il s’avère que c’est vrai : je n’ai pas d’enfant.

J’aurais pu en avoir un cette année mais j’ai fait un autre choix. Parce que je n’étais pas prête (pour en savoir plus, tu peux écouter cette vidéo).

36 ans est un moment de bascule, ça y est : je suis plus proche des 40 que des 30. Et cette fameuse barre des 40 ans qui me semblaient tellement lointaine, “adulte”.

D’ailleurs, je me demande souvent “quand est-ce qu’on se sent pleinement adulte ?”. Et je crois que personne ne se sent réellement adulte – à moins d’être dans une illusion de contrôle. En même temps, je n’ai pas trop envie d’endosser cette image de l’adulte chiant ! J’ai envie de rire à gorge déployée, faire des bêtises, danser, tomber amoureuse, dévorer la vie à pleine dents, apprendre, partir à l’aventure, jouir, passer du temps avec les gens que j’aime, parler encore plus du plaisir des femmes, poser sensuellement en photo…

Bref, des choses qui peuvent sembler à l’opposé de l’idée qu’on peut se faire de l’adulte.

Je ne veux pas être une adulte figée. Je veux être une adulte qui bouge, qui respire et qui continue chaque jour d’être en mouvement ! Voilà ce que je me souhaite et ça, jusqu’à la fin.

femme sensuelle

Une année challengeante

Cette année s’est fait ressentir un peu comme la clôture d’un chapitre, d’un cycle.

Elle a été challengeante, éprouvante. Oui, il y a eu des bons moments mais il y a eu aussi des moments où j’ai bouffé la poussière, où j’ai eu mal ! J’ai appris, grandi…et je me remercie d’avoir continué.

Finalement, si je fais le bilan : qu’est-ce qui s’est passé cette année ?

    • Une nouvelle relation très intense,
    • Des complications contraceptives,
    • Une grossesse,
    • Une IVG,
    • Une rupture,
    • Des liens amicaux renforcés,
    • Démarrer un nouveau coaching marketing à l’international,
    • Une maladie intestinale (la candidose)
    • Mes premières disputes de couple (je n’en avais jamais eu),
    • Habiter un mois avec mon amoureux de l’époque,
    • Un passage sur Fun Radio
    • Atteindre les 10K, puis les 16K d’abonnées sur YouTube.
    • Relancer ce blog,
    • Avoir mon compte @amefauve banni d’Instagram pendant quelques jours,
    • Faire mon premier YouTube Festival,
    • Célébrer les 30 ans et les 40 d’amis proches,
    • Dîner dans mon premier restaurant 3 étoiles, chez Yannick Alléno (un article sortira bientôt),
    • Découvrir Barcelone pour la première fois,
    • Participer au casting “Qui veut être mon associé ?”
    • M’intégrer à l’équipe pluridisciplinaire du concept store Pemlab.
être une femme
être une femme

Mes apprentissages

Être une femme signifie faire preuve de sagesse. Nous étions les Sages de l’Histoire et nous avons à offrir au monde notre intuition, notre sensibilité…Et ce que j’ai vraiment appris/confirmé cette année touche bien ces domaines.

J’ai appris que :

  • Mon intuition avait généralement raison,
  • Je veux encore parfois (ou même souvent) aller trop vite et que chaque cycle suit un processus et que chaque processus a son propre cycle (qui me prend la tête, je dois l’avouer),
  • Je me rapproche un peu plus de celle que je suis / veux être,
  • Ma tête et mes pensées me jouent encore des tours,
  • Certains vieux mécanismes peuvent revenir mais ce n’est pas pour autant qu’il y a régression,
  • La joie de vivre et le plaisir peuvent se trouver partout, il suffit de bien ouvrir les yeux,
  • J’ai besoin de plus me reposer (elle est bien bonne celle-là),
  • Je peux aller encore plus loin dans ce processus d’oser.
sarah zerbib<br />

Pour conclure,

Cette fin de chapitre est un peu en demi teinte mais je me sens soulagée car je sais que c’était la fin d’un cycle où la dernière page était initiative.

J’ai hâte d’écrire la suite, avec joie, plaisir, gourmandise et avec vous à mes côtés !

Je vous remercie, fidèles à mon compte, amis, proches, qui ponctuent cette aventure qu’est la vie d’une femme de moments incroyables !

Trinquons, dansons, embrassons-nous et rappelons-nous que la vie est une musique sur laquelle nous apprenons à danser !

Avec plaisir et amour,

Sarah

Suivez notre actus sur les réseaux

Abonnez-vous  !

Pin It on Pinterest

Share This